Questo sito si avvale di cookie utili alle finalità illustrate nella Privacy Policy
Scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all’uso dei cookie.

1998 12 16 * Le Nouvel Observateur * Mururoa vu par les satellites de la CIA * Vincent Jauvert

Voici, pour la première fois, comment les Américains ont espionné les essais nucléaires français dans le Pacifique dans les années 60


Sur ordre de Bill Clinton, la CIA a récemment remis aux Archives nationales américaines des milliers de bobines de films classées í top secret Ruff ’ Ò le summum en la matière. Il s'agit de 800 000 photos prises par les premiers satellites espions lancés dans les années 60 dans le cadre du programme ultraconfi-dentiel Corona. La plupart des clichés concernent bien entendu l'URSS et ses immensités inaccessibles, cibles principales des services américains à cette époque.

Mais en consultant ces films à Washington, nous avons découvert que la CIA utilisait aussi ses satellites pour surveiller ses amis. La France gaulliste, qui a quitté l'Otan en 1966, fut une cible importante, à cause de son programme nucléaire qui irritait la Maison-Blanche au plus haut point. Ainsi, plusieurs missions de ces espions du ciel ont, de 1964 à 1968, survolé les sites de Mururoa et Fangataufa, où le CEA a commencé à tester des bombes atomiques en 1966.

Chaque fois, la date des clichés correspond à un moment clé du programme nucléaire : l'installation du CEP (Centre d'Expérimentation du Pacifique), en 1964, à Mururoa ; la première campagne d'essais en juillet 1966 ; ou la première explosion d'une bombe thermonucléaire en août 1968.

Dernière remarque : on constate ci-contre la précision de ces clichés pris à plusieurs centaines de kilomètres de la Terre par des caméras KH 4A : des détails de moins de 3 mètres sont très nettement visibles.