Questo sito si avvale di cookie utili alle finalità illustrate nella Privacy Policy
Scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all’uso dei cookie.

1999 06 03 * Le Nouvel Observateur * 200 000 HOMMES, 150 MILLIARDS DE FRANCS... Les quatre Big Brothers * V. J.

Outre la CIA, les Etats-Unis disposent d'une kyrielle d'agences de renseignement

 

Elles sont la puissance secrète de l'Amérique dans le monde. Dans le jargon, on dit qu'elles forment l'Ì intelligence community í, la communauté du renseignement. Il s'agit de l'ensemble des agences fédérales qui espionnent pour la Maison-Blanche, le Département d'Etat, le Pentagone, mais aussi le département du Commerce, du Trésor ou de l'Energie. Selon les spécialistes, elles sont une quinzaine, employant plus de 200 000 personnes et disposant d'un budget total de plus de 150 milliards de francs. Le directeur de la CIA en est traditionnellement le coordonnateur en tant que DCI (directeur of central intelligence, directeur central du renseignement). Cinq agences sont particulièrement importantes.

La CIA.

C'est la plus connue, en raison de ses interventions dans le passé à Cuba, en Europe de l'Est et en Amérique du Sud. Elle emploie aujourd'hui environ 16 000 personnes et dispose d'un budget approximatif de 20 milliards de francs (les chiffres exacts sont secrets). C'est elle qui a notamment en charge le travail d'espionnage sur le terrain (grâce à ses 5 000 agents de la Direction des Opérations). Longtemps infiltrée par plusieurs agents soviétiques (puis russes), marquée par de nombreux échecs, fortement décriée, elle a connu six directeurs depuis la fin de la guerre froide. Celui-ci est pourtant toujours un proche collaborateur du président.

La NSA (National Security Agency).

C'est la plus grande (100 000 personnes, dit-on). Sa mission : être l'oreille de l'Amérique dans le monde. Grâce à ses bases d'interception sur les cinq continents, ses satellites, elle est capable de capter et de décrypter la quasi-totalité des communications téléphoniques, des fax ou des e-mails échangés. Elle a été dénoncée l'an dernier par le Parlement européen pour l'opération echelon, l'écoute systématique des communications satellitaires. C'est aussi la NSA qui mène les opérations de piratage informatique.

Le NRO (National Reconnaissance Office).

C'est l'organisme le plus secret (son existence n'a été reconnue officiellement qu'en 1992), le plus riche aussi (plus de 35 milliards de francs de budget annuel). Les 2 000 personnes qui y travaillent sont chargées de mettre au point les satellites espions de reconnaissance et d'écoute (Keyhole, Lacrosse ou Rhyolite). Sa dernière réussite connue est le lancement d'une constellation de satellites relais qui permettent la transmission des images en temps réel.

La DIA (Defense Intelligence Agency).

Exclusivement militaire, c'est la plus pointue des majors (19 000 employés pour un budget d'environ 12 milliards de francs “ soit six fois le budget de l'ensemble des services secrets français !). Elle coordonne le travail des agences de renseignement de chaque arme (Navy, Air Force, Army) et dispose de sa propre force de recherche (2 000 agents à l'étranger).

V. J.