Questo sito si avvale di cookie utili alle finalità illustrate nella Privacy Policy
Scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all’uso dei cookie.

2000 08 29 * zdnet france * Les États-Unis espionnent-ils grâce à un logiciel piégé ? * Sylvain Simoneau

Le gouvernement canadien soupçonne un logiciel de traitement des données utilisé par son administration d'envoyer par l'internet, de façon furtive, des informations top secrètes aux Américains. La police montée (RCMP) et les services secrets seraient équipés de ce logiciel, et plusieurs autres versions seraient en usage de par le monde.

À la suite d'un dossier publié par le Toronto Star, la NSI (comparable à notre Direction de la surveillance du territoire) a ouvert une enquête sur l'étendue du problème. Les services secrets et la Police montée utilisent en effet un logiciel qui permet la coordination d'enquêtes entre les deux entités. Le logiciel, d'après le Toronto Star, dispose d'une "porte de service" activable à distance qui donnerait accès à un intrus ou permettrait l'expédition de données par l'internet. Le porte-parole de la RCMP interrogé par le quotidien canadien n'a í ni confirmé ni infirmé ’ que son service utilisait le logiciel.

Assassinats et rumeurs... conspiration ?

Le logiciel en question serait le fameux Promis, un logiciel dont l'histoire tumultueuse remonte au début des années 80. Depuis cette date, l'évolution de Promis est entourée de nombreux mystères, assassinats et rumeurs, à tel point que "l'affaire Promis" figure dans le "Top Ten" des conspirations américaines (lire l'article de Wired en anglais, datant de mars 1993).

Le logiciel conçu par la société américaine Inslaw se destinait à l'origine aux cabinets de juristes et aux procureurs, pour lesquels il se proposait de classer les documents et d'établir des corrélations entre eux. Le gouvernement américain, par le biais de son ministère de

la Justice, se serait emparé du logiciel pour le modifier et le revendre à l'étranger, à des services secrets (en Jordanie et Israël, notamment) mais aussi à de nombreuses sociétés dans le monde, dont quelques grandes banques françaises. Les modifications auraient consisté en la pose de dispositifs d'écoute et d'intrusion sur les ordinateurs où il serait installé, donnant ainsi aux États-Unis la possibilité d'espionner un grand nombre d'entreprises et d'agences gouvernementales.

Promis, une fois transformé en mouchard, aurait été vendu à d'autres pays sous d'autres noms. Thierry Pflister et Fabrizio Calvi, coauteurs de L'oeil de Washington (Albin Michel), croient savoir que la Police montée canadienne et le CSIS (services secrets) utilisent une mouture de Promis connue sous le nom de PIRS. Nous n'avons pas pu joindre les auteurs. Plusieurs personnages connus de "l'affaire Promis" ont récemment été entendus par les services canadiens, d'après le Toronto Star.